Curiozworld | Voyage inattendu au pays du soleil : le Delta de l’Ebre
549
single,single-post,postid-549,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive
 

Blog

invitation2

Voyage inattendu au pays du soleil : le Delta de l’Ebre

  |   Environnement   |   1 Comment

le delta de l'ebreQuand des amis racontent leurs vacances en Espagne, « l’Espagne » dont ils parlent est bien souvent celle du tourisme de masse, celle des circuits touristiques. Ce développement a frappé l’Espagne dans les années 60. À l’époque le slogan était « l’Espagne est différente ». En effet elle offrait ce que les vacanciers voulaient voir de différent et a conduit à un développement anarchique. Cette politique touristique a conduit à la destruction du littoral pour construire des hôtels « les pieds dans l’eau », des embouteillages de voiture tout l’été, et par endroit comme à Malaga à des pénuries d’eau. Les conséquences néfastes sont nombreuses sur l’environnement, sur la culture et depuis quelques années sur le tourisme lui-même. C’est la raison pour laquelle la politique espagnole a totalement changé prônant un autre type de tourisme.

Par chance, certains endroits sont restés préservés. Alors qu’il se situe entre Barcelone et Valence, tout près de ces zones très touristiques, le delta de l’Ebre est resté sauvage. À l’abri des circuits touristiques, cette région est encore authentique.

Depuis toute petite nous partons retrouver la famille à Amposta dans le Delta de l’Ebre. Ayant la chance de connaître cet endroit je souhaite le faire découvrir. Mais j’ai moi-même beaucoup à apprendre de cette région. Beaucoup de questions me viennent à l’esprit et j’aimerai y répondre. Comment a-t-il pu échapper au développement touristique qui a touché toute la côte méditerranéenne de l’Espagne ? Quel est l’avenir de cette région? Est-elle vouée à disparaitre au profit des promoteurs immobiliers?

En 2009 j’ai eu la chance de me rendre là bas avec un groupe d’amie pour enquêter. Nous avons rencontré des associations environnementales catalanes et des habitants de la région qui nous ont aidés à répondre à nos questions. Les photos suivantes ne sont qu’une partie de l’exposition présentée.

1Comment
  • escoda | fév 14, 2014 at 10 h 15 min

    Cette page consacrée au Delta de l’Ebre révèle cette prise de conscience de la préservation d’espaces naturels qui à terme est une stratégie gagnante. Néanmoins, elle n’évite pas un certain cliché sur le bétonnage des côte espagnoles. Je dois rappeler que la Catalogne offre 50% de son territoire en zone protégée. L’exemplarité du Cap de Creus est symbolique de cette volonté d’une protection active de l’environnement des autorités espagnoles ( c’est l’une des réserve terre-mer la plus grande d’Europe). Alors qu’on arrête de « taper » sur l’Espagne et que l’on regarde nos côtes françaises qui sont bien plus dénaturées.

Post A Comment