Curiozworld | La sophrologie c’est quoi ?
2954
single,single-post,postid-2954,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive
Bretagne-2014-olivia-sinet
sophrologie-1

La sophrologie c’est quoi ?

  |   Santé - Bien être   |   No comment

Par Marie Raclius

C’est l’histoire d’un neuropsychiatre nommé Alfonso Caycedo qui, choqué par les procédures de traitements des maladies psychiatriques dans les années 60s (médicaments, électrochocs, …) décide de repousser un peu plus les frontières de la médecine en créant une nouvelle discipline : la sophrologie. Pour cela, il réunit différentes traditions et techniques de guérison dans une recette très simple mais très efficace.

Quelques pré-requis scientifiques

Avec une formation en médecine et une spécialisation en neurologie et en psychiatrie, il repère différentes méthodes héritées de l’hypnose comme la «relaxation progressive de Jacobson » (relâchement des tensions musculaires), la « méthode Coué » (pensée positive), le «training autogène de Schultz » (auto-relaxation par la suggestion)

Un grand voyage

Pour découvrir différentes techniques de relaxation et de méditation en Asie. Il rentrera avec dans ses valises, de nombreux outils hérités du yoga (stimulation de la respiration et relâchement musculaire) du bouddhisme et du zen japonais (pratique de la médiation).

sophrologie2

Avec la lecture de grands philosophes s’inscrivant dans les pensées de la phénoménologie, dans la lignée d’Edmund Husserl (apprentissage du non jugement). En 1970, fort de toutes ces expériences, le professeur Caycedo définira cette nouvelle discipline à l’occasion du premier congrès international de la sophrologie comme « une science de la conscience humaine et des valeurs de l’être ». Pour comprendre le sens de cette discipline, il faut se pencher sur son étymologie, héritée du grec ancien : SOS signifie la paix, l’harmonie et la sérénité, PHREN signifie esprit, conscience et cerveau et enfin LOGOS signifie discours, sciences et étude.

De l’objectivité et un zeste de philosophie

Partant du principe que « le cerveau ne fait pas la différence entre l’imaginaire et le vécu », la sophrologie va s’appuyer sur les capacité de notre cerveau à modifier nos ressentis corporels pour aider le consultant à développer le meilleur de lui même au moment ou il en aura le plus besoin (stress au travail, phobie, préparation mentale, lutte contre la douleur…). Pour cela, elle va s’appuyer sur des exercices de respiration, de contraction/relâchement musculaire, des visualisations, travaillant et agissant ainsi à la fois sur le corps et sur le mental. D’une manière plus générale, les objectifs de cette discipline sont donc l’harmonisation du corps et de l’esprit et la recherche d’un état serein et équilibré.

Sources :
Edmund HUSSERL, L’idée de la phénoménologie, PUF, « Epimethée« , 1997
Alfonso CAYCEDO, L’aventure de la sophrologie, Éditions Retz, Paris., , 1979

Pour aller plus loin :
Le magazine de la sophrologie: www.sophrologie-actualite.fr 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.