Curiozworld | Comment Méditer ?
3014
single,single-post,postid-3014,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive
Bretagne-2014-olivia-sinet
laura-méditer

Comment Méditer ?

  |   Spiritualité   |   No comment

Par Maeva Morin

La première fois que je me suis installée dans mon salon pour méditer, assise au sol sur mon zafu, yeux fermés, j’ai immédiatement pensé à la scène où Julia Roberts, dans le film « mange, prie, aime », essaye de méditer dans un ashram en Inde. Elle pense « fais simplement le vide dans ton esprit ». Extérieurement elle semble sereine : yeux clos, assise en lotus, sourire serein. Intérieurement, elle bout d’impatience face au flot incessant de ses pensées. Et cette question lancinante « pourquoi c’est si difficile d’arrêter de penser ? ». La scène se termine lorsque l’actrice constate qu’il s’est passé à peine une minute depuis le début de sa méditation.

Cette scène m’a marqué car tout jeune pratiquant qui se lance seul dans la méditation a certainement vécu ce moment. Pour ma part je l’ai vécu ! La méditation est au début de la pratique particulièrement frustrante. On voudrait déjà ressembler au Bouddha méditant des jours et des années sous son arbre paisible et serein. Pour arriver à cela, il faut réussir à maîtriser le flot de ses pensées. Mais comment faire ?

mangeprieaime

1. Se reconnecter à son souffle

Nous respirons tous, c’est tellement naturel et mécanique que l’on en oublie à quel point ce souffle vital qui nous traverse est essentiel. Mais combien d’entre nous savent respirer en pleine conscience ? Non pas respirer mais se sentir respirer. Christophe André dans son livre « Méditer jour après jour » rappelle ainsi que la respiration est le moyen le plus puissant pour se connecter à l’instant présent (ou pour percevoir qu’on a du mal à s’y connecter…)». Il est souvent proposé aux débutants de s’initier à la méditation au travers du souffle, c’est-à-dire prendre plusieurs fois dans la journée le temps de respirer, seulement respirer, pendant deux ou trois minutes entières. Cet exercice peut se faire n’importe où : dans le métro, au bureau, yeux clos ou mi-clos. Juste prendre le temps de se sentir respirer, de se reconnecter avec soi-même. Les effets sont immédiats : sérénité, détente, apaisement et cette douce impression que tout devient plus clair. Chez vous, cet exercice peut se faire aussi allongé sur le dos, main gauche sur le haut de la cage thoracique, main droite sur le ventre. Aucun contrôle de la respiration n’est demandé, juste laisser faire. A l’inspiration, sentez l’air froid qui entre dans vos narines, le ventre se gonfle puis la cage thoracique. A l’expiration, sentez l’air chaud qui sort de vos narines, la cage thoracique se retire puis le ventre. Et ainsi de suite, suivez simplement le rythme de votre respiration naturelle comme une vague qui va et vient sur la plage.

« Et dans la paix d’une respiration qui s’écoule sur un rythme parfait, le méditant peut sentir l’appartenance du mouvement qui le meut au souffle de la grande Vie »

K-G Durkheim

2. La méditation guidée

Depuis quelques années, toutes sortes de livres et CD ont fleuris pour accompagner les méditants dans leur pratique. C’est le cas de l’ouvrage de Christophe André, mentionné plus haut, qui grâce à ses 25 leçons, nous invite à vivre en pleine conscience. Cela peut aider à se concentrer et faire taire les pensées mais aussi à se montrer bienveillant à l’égard de soi-même dans cette pratique exigeante qu’est la méditation. Le premier défaut consiste en effet à s’en vouloir « Pourquoi je n’y arrive pas ? Pourquoi suis-je incapable de faire le vide ? ». Parce que le mental est ainsi fait ! Rien ne sert donc de se culpabiliser. Lorsqu’une pensée surgit, observez-la, regardez-la passer sans se faire accrocher par elle. Elle va filer aussi vite qu’elle est apparue !

Vous pouvez aussi pratiquer en musique : musique de relaxation, mais aussi mantras tibétains ou chants traditionnels hindous. Une fois familiarisé à ce type de méditation vous pouvez utiliser un bol chantant tibétain à condition d’apprendre à le faire chanter ! Les vibrations du bol accompagnent la méditation, le son émis apaise le mental.

Enfin, vous pouvez aussi rejoindre un groupe avec un professeur. Sous forme d’assise silencieuse d’une heure ou plus. La dynamique de groupe alliée à la voix du professeur donne lieu à de belles expériences. Cela est particulièrement facile à trouver dans l’univers du zen ou encore à l’école occidentale de méditation fondée par Fabrice Midal.

3. La méditation en mouvement

Là encore, il existe plusieurs écoles : Tai Chi, yoga, Qi Gong, Kinhin et autres marches méditatives. Il suffit donc de trouver la pratique la plus adaptée à chacun, aucune n’étant meilleure que l’autre. Personnellement je pratique le yoga qui, grâce à l’enchaînement postural et aux exercices respiratoires, permet à notre mental de cesser de s’agiter et donc de se libérer du brouhaha constant que sont les pensées tout en assouplissant et en détendant le corps. Le Kinhin est une méditation en marchant pratiquée dans les dojos zen lors des séances de Zazen, méditation assise. C’est une marche très lente et particulièrement codifiée : poing gauche fermé sur le sternum en appuyant légèrement, main droite posée, avant-bras levés jusqu’à être perpendiculaire au corps, épaules baissées en souplesse. La marche est alors effectuée à son allure la plus lente, un exercice d’équilibre qui suit le rythme de la respiration, le pied se posant suivant ce rythme. La respiration doit durer au moins quatre secondes.

« Marcher est considéré par l’homme contemporain exclusivement comme un moyen de se rendre à un endroit donné. Il va d’un lieu à un autre et il oublie que ‘se promener’ existe aussi. (…) C’est une façon de marcher où on se laisse porter par son propre rythme sans s’hypnotiser sur un but »

K-G Durckheim

4. Méditer au quotidien

Le meilleur exercice dans la pratique de la méditation reste le quotidien : être là, pleinement conscient de ses gestes et de ses actions. Que suis-je en train de faire ? Comment le fais-je ? Il s’agit d’abandonner l’action mécanisée au profit des sensations et de l’expérience. Il faut d’inlassables répétitions pour que le mental, qui a besoin de mettre un mot sur chaque geste, enfin s’apaise. Cela s’acquiert avec persévérance et pratique quotidienne comme le soulignait le yogi Desikashar au sujet du yoga qui signifiait pour lui « agir en pleine conscience et avec une totale attention dans tous les actes de notre vie quotidienne ».

« Grâce à quelques exercices simples,
vous pouvez créer chez vous un espace dédié à la
méditation et au renouveau. Pas besoin
de beaucoup de place, un petit coin suffira.
À condition de demeurer un lieu ouvert et paisible
réservé à la contemplation en pleine
conscience, il peut transformer votre maison.»

Frère Phap Dung

Reste à savoir quand pratiquer. La méditation ne doit pas être une autre activité de votre journée, calée dans votre agenda entre les courses et faire à manger. C’est un temps pour soi que l’on prend volontairement. Peut-être que l’organisation du quotidien va s’en trouver modifiée : se lever plus tôt pour méditer le matin ou le soir pour se décharger du stress de la journée. Une fois l’habitude prise, ce rendez-vous régulier vous semblera aussi incontournable qu’indispensable ! Votre coussin deviendra votre sanctuaire, un lieu de rendez-vous avec vous-même, un moment d’apaisement pour votre mental.

 

Aller plus loin :

École Occidentale de méditation : http://www.ecole-occidentale-meditation.com/
Forum 104 : http://www.forum104.org/
Union bouddhiste de France : www.bouddhisme-France.org
Association Zen International : www.zen-zi.org

Sources :

ANDRE Christophe, Méditer jour après jour, l’Iconoclaste, Paris, 2011

DURCKEIM, K-Graaf, Méditer. Pourquoi, comment ?, Le courrier du livre, Paris, 1986

INREES, « Se soigner avec des bols chantants » : http://www.inrees.com/articles/se-soigner-avec-bols-chantants/

JOST Philippe, « La méditation laïque. Antidote à notre époque effrénée », CLES magasine : http://www.cles.com/enquetes/article/la-meditation-laique

MIDAL Fabrice, « A-t-on vraiment besoin de méditer ? », Ultréïa ! n°2/Hiver 2015

THICH NHAT HANH, Commencer à méditer. Conseils pour pratiquer chez soi, Paris, Pocket, 2014

Revue Française de Yoga, « Pratiquer : pourquoi ? Comment ? », n°51/janvier 2015

Revue Question de, « Meditation, l’aventure incontournable », n°1/Automne2015

Parmi les nombreuses adresses où acheter un bol chantant : La route du Tibet à Paris  URL : http://laroutedutibet.com/

Attention aux contrefaçons !

Les peintures illustrant l’article sont de l’artiste argentine Laura Mizzau : https://www.facebook.com/pinturasmizzau?ref=ts&fref=ts

 

 
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.