Curiozworld | Mudgee : Sur les pas du pionnier du vin Bio australien
642
single,single-post,postid-642,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive
 

Blog

Mudgee : Sur les pas du pionnier du vin Bio australien

  |   Les Vins Bios du Nouveau Monde   |   No comment

Par Olivia Sinet

La région du New South Wales est la première région d’Australie à s’être laissée séduite par la culture du raisin. C’est aussi dans cet état que l’on trouve le domaine de Botobolar, premier à avoir été certifié biologique et biodynamique. Botobolar fut dénommé comme tel par les aborigènes et signifie « arbre noir ». C’est dans ce vignoble que s’est écrite l’histoire de la viticulture biologique australienne lorsqu’en 1970, Gil Wahlquist, refusa d’y pulvériser du DDT. C’est donc en pèlerinage que je m’y suis rendue, afin de marcher sur les pas de ce pionnier et de découvrir l’un des meilleurs vins bio du pays.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En Australie il est plus facile de se rendre dans une ville loin de 3000 km que dans une ville voisine. C’est donc une aventure de se rendre à Mudgee, car après un voyage en train de six heures il faut encore prendre un bus pendant quatre heures pour arriver. Cette route magnifique qui traverse les Blue Mountains devient un enfer la nuit venue entre les virages abrupts, une pluie incessante et diluvienne et des kangourous qui, attirés par les lumières des phares, jouent avec les voitures. Mais le trajet en vaut la peine, car la gentillesse des habitants et l’architecture aux allures de western font de Mudgee une ville charmante, loin de la conurbation de Sydney.

Aujourd’hui, Kevin Krastrom a repris la tête du domaine et perpétue l’héritage biodynamique qui fait vibrer cette terre si particulière. Je n’avais pas prévenu Kevin de mon arrivée, mais en ville la chance me sourit lorsque je rencontre Trina, la femme de Kévin, qui accepte de me conduire à la propriété. Devant moi se dessine un paysage presque désertique avec un sol sec et craquelé et des couleurs teintées de cuivre et de pourpre me rappelant un vieux polaroïd. Je découvre l’ancienne maison de Gil et la fameuse statue de la « déesse de la pluie » et  enfin les vignes quadragénairesOLYMPUS DIGITAL CAMERA reposant sur un tapis d’herbes folles. J’avance jusqu’à la cave et découvre Kevin dans son atelier, silencieux et concentré. Après des heures d’attente, il accepte finalement de m’accorder une rencontre. Une bouteille du domaine datant de 1984 que Gil m’avait offerte lors de notre rencontre et intriguant Kevin a surement joué en ma faveur.

Je comprends à travers son explication que l’agriculture biologique est avant tout un « outil », car il faut ensuite réaliser un vin de qualité. « Avec du raisin de mauvaise qualité, tu ne peux pas faire un vin de bonne qualité. Mais tu peux aussi faire un vin médiocre avec du raisin de bonne qualité », Kevin affirme. La réputation du vin bio en a d’ailleurs pâti, car beaucoup de viticulteurs bio n’avaient pas une bonne maîtrise des techniques de vinification. Leur envie de faire du vin dit  « naturel » les a conduits à refuser toutes interventions dans le processus de vinification, une des raisons pour laquelle « il y a plus de mauvais vin bio que de bon vin bio ».

La popularité de Botobolar vient aussi de l’élaboration d’un vin sans ajout de sulfite. « L’erreur souvent commise est de croire que les vins bio sont sans sulfite, ce qui est faux. Pour avoir la certification Bio tu dois seulement limiter la quantité ajoutée. » Incertain au départ de pouvoir m’accorder du temps, nous sommes finalement restés toute une après-midi à échanger idées, mets et vins. Cet homme méfiant m’est apparu au fil de des questions plein d’humour et de chaleur. Il est finalement à l’image de cette terre qui aride et inhospitalière au premier regard, dévoile trésors et secrets à ceux qui se montrent patients.

Mon investigation en Australie me conduira, par la suite, à rencontrer Max Allen, un célèbre journaliste australien passionné de vin bio.

Retour « Les Vins Bios du Nouveau Monde »

 page précédente/…/suivante

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.