Curiozworld | Quand la chance me sourit : ma rencontre avec James Milton
884
single,single-post,postid-884,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive
 

Blog

Quand la chance me sourit : ma rencontre avec James Milton

  |   Les Vins Bios du Nouveau Monde   |   No comment

Par Olivia Sinet

James Milton

James Milton, voilà un nom que je ne connaissais pas avant mon voyage. Mais dans le milieu du vin James fait partie des winemakers connus dans le monde. Il est considéré en Nouvelle-Zélande comme un maitre de la biodynamie.

C’est en Australie à Melbourne que Max Allen me présente sa femme Annie Milton durant un « Organic Wine Show ». Très enthousiaste à l’idée de les rencontrer en Nouvelle-Zélande je pends un rendez-vous avec elle. Mais un mois après, lorsque je reprends contact par mail il devient alors très compliqué de joindre les Milton. Annie affirme que James est très occupé et qu’il n’aura pas de temps pour me recevoir.

Déçu je continue mon tour de l’ile du Sud et rencontre tour à tour Nigel Greening, Rudy Baer, Lucie Laurence, Nick Mills et enfin Collin Ross de Seresin Estate. Grâce à Collin je participe à une réunion importante de l’association Organic Wingrower de Nouvelle-Zélande. Et ce jour-là la chance me sourit, car le président de l’association n’est autre que James Milton en personne. Colin nous présente tour à tour. Je n’étais pas préparé à le rencontrer et je n’ai pu cacher ma joie, j’étais tellement contente de pouvoir lui parler. J’en profite dès nos présentations pour lui expliquer à quel point j’étais déçu qu’il ne puisse me recevoir au domaine. James interpellé me répond qu’il a du temps pour me recevoir et nous fixons une date ensemble. Mon agitation traduisant le plaisir de le rencontrer a surement joué en ma faveur.

curiozworldpixIMG_1127

Gisborne

Il ne me restait qu’une semaine avant mon départ pour le Chili. Il fallait que je traverse en bateau pour rejoindre l’ile du Nord jusqu’à Wellington, remonter jusqu’à Auckland, puis trouver un bus en direction d’une petite ville au nord-est appelée Gisborne.

Ce fut en réalité une vraie mission. Nous sommes en novembre 2011 durant la coupe du monde de Rugby. Je décide de passer la finale à Auckland, ce qui fut une très très longue soirée. Le lendemain à 8h je devais sauter dans le seul bus pour Gisborne de la semaine. C’est chose faite puis c’est un trajet de 10h d’une route en lacet qui m’attend. Autant dire que j’étais exténuée en arrivant sur Gisborne. Mon rendez-vous avait lieu le surlendemain et me laissait le temps de me reposer. Mais a mon plus grand désespoir, la veille de l’entrertien je me rends compte que j’ai oublié ma caméra à Auckland. Je ne pourrais pas filmer cette rencontre, quel dommage!

Moi qui est eu tant de mal à fixer cette rencontre ! Par chance, encore une fois, je rencontre Mailys à l’auberge qui accepte de m’accompagner pour prendre des photos de l’interview. Je dois la remercier de toutes les belles photos qu’elle a prises durant cette journée, sans elle je n’aurais pas eu de souvenirs en images.

Domaine Milton WIne

Domaine Milton Wine

« Dis-moi James, comment fais-tu pour être calme et faire un métier stressant ? Rudolf Steiner explique qu’il est important de réaliser un travail sur soi, c’est ce que t’apporte la biodynamie ? ». Il me regarde et sourit, mais ne réponds pas. Il s’assoit près de ses vaches, les câline un moment. « C’est ici que tu viens pour te détendre ? ». Nous échangeons un moment de silence. James est une personne absolument adorable, mais il faut savoir parler le même langage que lui. Il parle en énigme et aime les secrets. C’est un amoureux de la nature qui en comprend de nombreux mystères. Il apprécie les questions qu’on lui pose, mais n’y répond jamais complètement. Je dois donc apprendre à être patiente avec lui.

James Milton

Les cornes de vache sont entérées tout un hiver.

Durant la journée il m’explique la silice de corne appelée préparation 501 utilisée entre autres pour la vigueur de la vigne. Nous vidons ensemble des cornes remplies de bouse de vache, qui correspond à la préparation 500 en biodynamie (pour en savoir + sur la Biodynamie). Puis je reprends mon flux de questions sur l’avenir de la bio dans le monde, ce qui freine son développement et notamment la question de la certification. « Pourquoi certains vignerons bio choisissent-ils de ne pas mettre la certification ? » En tant que président de l’association des viticulteurs Bio de Nouvelle-Zélande, James est très impliqué dans la promotion de l’agriculture bio. C’est pourquoi il a choisi de mettre la certification sur ses bouteilles, son vin de qualité peut servir d’inspiration et soutenir ce modèle d’agriculture. Mais tous les vignerons Bio ne partagent pas sa vision. Certains comme Nigel Greening préfèrent ne pas l’afficher. Nous prenons le temps de déguster son Viognier. Un vin qui fait partie des « 1000 à avoir dégusté dans sa vie » et je comprends pourquoi. Ce goût d’abricot gorgé de soleil est un délice.

Milton Wine

L’équipe de Milton Wine.

En partant, il me confie discrètement : « Tes questions sont plus intéressantes que celles que me posent les journalistes, tu sais ! » Moi qui me sentais fatiguée et incertaine sur l’intérêt de mon projet, me sens pleine d’énergie après cette journée. Je décolle pour le Chili optimiste pour la suite.

No Comments

Post A Comment